GEORGE

Née le 02 Février 1966. à Toulon (Var) George est diplômée de l'École Nationale des Beaux-Arts de Lyon elle acquiert aussi en 1992 un Diplôme National Supérieur d'Expressions Plastiques avec une spécialisation en communication avec félicitations du jury.

DNAP - Diplôme national d'art plastiques 

CESAP et CEAP .

 

George surprend par la diversité de son style et de ses modes d'expression; le bronze de ses femmes fantastiques et poétiques, ses sculptures monumentales surréalistes, l'art numérique et, pour la galerie Gabel, ses "Doodle" inspirés de la poupée de chiffon; sont pièces uniques en bronze qui parlent d'un instant, d'une idée, de l'histoire d'un jour, une heure, une seconde...

Habillés... Habités par ces histoires, ils portent sur eux une pièce de monnaie, une arrête de poisson, une branche, des boutons, des fermetures éclair; au gré de l'inspiration de sa créatrice, 

Chaque Doodle est marquées à la jambe de la date et heure de sa "naissance" ce qui fait de chacune une pièce singulière; exceptionnelle.

Gageons que George saura encore nous surprendre par l'extrême variété de son art dans les années à venir: une artiste à suivre...

 

Doodle

“Doodle” veut dire gribouillage

 

Les “Doodles” sont des Pièces Uniques.

Sur leur corps sont estampillés, le jour, le mois, l'année, l’heure de leur naissance  et leur poids:

“12 Mars 2012 - 17H48”, moment précis de leur créa-naissancepouvant se traduire par “ce qui surgit là, instantanément”

une action instantanée sur la conception d’un “Doodle”.

 

 L'histoire du "Doodle"

« Fabriquer une nouvelle composition narrative pour communiquer, au travers d’une histoire, d’une image ou d’une œuvre, de façon très simple, et pouvant être immédiatement lisible par tous. »

Mon vecteur de narration est une poupée, réalisée en bronze ; je l’ai baptisée “Doodle”

 Mes sources d’inspirations sont diversifiées. Dans la matière même de mon discours, la poupée ou le pantin n'est plus pas unique, ses accessoires deviennent aussi importants qu’elle.

Le récit poursuit son chemin, la composition se construit. Au moment de la création, le parcours de cette narration est comme un « road movies », hasardeux, erratique, avec des péripéties saugrenues, des rencontres atypiques, qui parfois n'ont pas de liens entre elles. Leurs histoires s'entrecroisent autour de ce “Doodle”.

Le regard du public s'habitue accroche cette complexité et n'est pas choqué par l'incompréhension.

Car, quand priment les résonances intimes, l'absence d'explication n'est pas perçue comme une déficience. Le brouillage fait partie du jeu....Le barbouillage crée le “Doodle”...

  

La forme originelle du “Doodle” est une poupée

L’archéologie a placé les poupées comme étant possiblement les premiers jouets connus. Certaines ont été trouvées dans des tombeaux d’enfants égyptiens en 1970 Av. JC.

Elles étaient réalisées en terre cuite, bois, os, ivoire, jade ou cire.

Créer les “Doodles” c’était retrouver l’émotion du premier objet ludique et universel de ce monde 

 

L’inspiration était d’incarner une idée, de ré-inventer un monde en mélangeant des éléments composés de petits souvenirs tiroirs ou d’objets récupérés “ fond de poche “ mais aussi d’un environnement proche du milieu naturel ; tout ce qui nous entoure... et qui pourrait captiver un intérêt. 

 

Un parfum d’enfance émane de ces “Doodles” aux allures de petits soldats.

La quiétude qui s’en dégage devient troublante, elle transparaît subtilement et invite à pénétrer dans un univers particulier, comme un secret, où l’attention et l’acuité de la perception sont requises à un point nostalgique.

 

 Pour chaque Pièce Unique, je déploie un univers particulier et personnel puisant mes sources la plupart du temps dans une culture populaire en m’inspirant de tout, : forme, matière, légende, référence littéraire, musicale, ou tout simplement de la nature... Je me laisse la liberté de rechercher dans l’anthropomorphisme une analyse me permettant de concevoir pour chaque personnage son propre Sîra, sa biographie visuelle.

 

Mais encore...

Tous ces collages élargissent le vocabulaire plastique -entre autre celui de la parure- en utilisant des éléments ordinaires, mis à différente échelle.

“Une fermeture à glissière ou une clé USB séparant une lutte entre deux caméléons ”.

“Un hippopotame miniature sur une tête jouant au foot avec de gros ballons”.

ou inspiré du mythe de Sisyphe, un éléphant grimpant sur le bord d’un biscuit “Petit Prince” en guise de bouclier, sauvant une jeune fille PlayMobil ligotée à la façon des Sioux dans le dos du Doodle.

 

 D’un point de vue figuratif, le “Doodle” devient en quelque sorte un griot, un communicateur.

Il est le dépositaire d’une histoire racontée. 

 

Il a “fétichisé” toutes choses courantes de la vie pour faire un arrêt sur image d’un instant d’émotion.

 

Un ensemble de règle gouverne ma propre structuration qui sous-entend la composition des figurines par un subtil assemblage hétéroclite d’objets créant quelque chose d’inattendu en soi…

Clou,vis,boulon,pinceau,crayon,plume,tissus,dentelle,bouton,chocolat,biscuit,poivron,pomme,

graine,bougie anniversaire,arrête de poisson,insecte,lézard,branche,éléphant,hippopotame,

crocodile,ange,pince à linge,poupée,pièce,fermeture à glissière,ficelle,coquillage,taille crayon,

PlayMobil,passementerie,corde,olive,tomate,fenouil,clé Usb,lion,pièce de monnaie,libellule,

scarabée...et la liste n’est pas exhaustive !

Des colifichets prélevés dans le grand lexique de notre ordinaire radicalement libérés de leur fonctions (vis, écrous, boutons...) ou de leurs cycles de vie (graines, fruits,...) qui dans la tendresse de leurs compositions sollicitent en nous des sensations d’enfance oubliées.

 

Un mélange parfois complexe harmonieusement orchestré de tous styles différents conjoint à une quête méthodique.

 

Une collection

Un champ d’expérimentation très vaste qui permet de nombreuses variantes à ma forme originelle.

J’aime jouer les botanistes, croisant les genres et les styles, opérant des greffes, et mariant différents éléments.

J’aime m’emparer des clichés pour mieux me rapprocher d’un public et l’amener ailleurs en magnifiant des objets courants.

 

Une inspiration au culte Vaudou, peut-être ?

ou mieux encore au culte des animistes…

À l’origine, le vaudou est né de la rencontre de différents cultes en respectant les traditions et les coutumes de chacun. Si le vaudou est décrit comme une culture, un héritage, on peut penser qu’une inspiration pourrait venir par mes assemblages d’objets hétéroclites comme, les os, branches, coquillages, ficelles nœuds*... 

 

*”Salut à toi qui vient de dénouer l’origine des entrelacements. Chaque fois que l’on défait un nœud, en on sort un Dieu.” était écrit sur les murs de l’exposition de la fondation Cartier de Jacques Kerchache sur sa collection de statuettes africaines.

 

La magie et la sorcellerie n’était pas à la naissance de ma réflexion. Mais peut-être une influence liée par à tous mes voyages à durant mon enfance... : Tahiti, Morea, Tetiaroa, Raiatea, les Tuamotu, la nouvelle-Zélande, Madagascar, les Antilles...

 

Si vraiment on souhaitait leur attribuer cette évocation, les « Doodles » seraient de véritable “BOCIO” placés dans l’intimité des maisons jouant un rôle de sentinelle protectrice.


Expositions

2015 -Villefranche/Mer- La citadelle

2015- Art up

2014- St'art- Strasbourg

2014- JAPON, Musée de la Ville d’Akashi

Prix de la sculpture

Musée de Kobe & Osaka au RIHGA ROYAL

2014 Lille art fair

2014 
- Paris, Accadémie des Arts Sciences & Lettres

2012/13
- Lyon, Biennale d’Art Contemporain, Résonance

- Antibes, Art Fair

- Monaco, C'est dans l'air...

- Cap d'ail

- Lyon Brotteaux, Hôtel des ventes Aguttes


- Saint-paul de Vence, place Neuve, RÊVEUR


- Valbonne, Grand marché d’Art Contemporain


- Tourrettes-sur-loup, Jardin Tajasque, Château Mairie...


2011
- Cannes, le port


- Andressy, l’île Nancy - Sculptures en l’île


- 2010
- Saint-paul de Vence, EQUI-Libre, Sculpture monumentale 5,40 m
 - Nice

- Mandelieu, Château de la Napoule

2009 
- Saint-paul de Vence, Place Neuve - Habeas


- Paris, le Carrousel du Louvre


- La Londe, Hyères


- Genève (Suisse)


- Saint-tropez, Ambassade du tourisme 


- Marseille & Aix-en-Provence


2008
- Cagnes-sur-Mer Villa des Collettes, Hommage à Renoir


- Lyon, L'orangerie, Parc de la Tête d'Or, Prix International district


2007
- Lyon, l’hivernal de Lyon, Prix de la sculpture


- Paris, Grand marché d’art contemporain, place de la Bastille


2006 
- Sanary/mer "le Vent des Arts, le rêve et le fantastique "
- Lucca (Italie)


2005
 - Sanary/mer


- Grenoble


George prend l'air à Monaco...

c'est dans l'air exposition en plein air Monaco  avec une sculpture de George

Sculpture "Rêveur" par George, pendant le mois de juillet 2013 à Monaco dans le cadre de l'exposition urbaine: "C'est dans l'air" à Monaco , rue princesse Caroline et Grimaldi.

 

Cliquez sur l'image pour voir la vidéo.